in

Les méthodes de refroidissement en milieu industriel

En milieu industriel, l’augmentation excessive de la température peut s’avérer parfois gênante ou dangereuse. Ainsi pour évacuer le trop-plein de chaleur des fluides ou pour encore refroidir les équipements de travail, plusieurs techniques sont mises à contribution. Si vous vous demandiez les méthodes de refroidissement utilisées en industries, voici ce que vous devrez savoir.

Le refroidissement humide à cycle ouvert ou fermé

Cette technologie est l’une des plus utilisées pour les groupes froids thermiques en industries. Le refroidissement humide à cycle ouvert est basé sur le principe d’un transfert d’eau froide en spray vers l’élément ou l’équipement à refroidir. L’effet principal recherché est acquis par évaporation d’un certain pourcentage d’eau chaude qui sera compensé par addition d’une nouvelle eau froide. Grâce à un ventilateur, l’air saturé est extrait de l’eau qui s’évapore pour ainsi assurer une évaporation continue.

Le principe du refroidissement humide à cycle fermé est similaire au précédent. La différence ici est que l’eau évaporée au cours du processus de refroidissement est différente de l’eau qui circule à l’intérieur du circuit de refroidissement.

Le refroidissement sec sans évaporation

Dans le but d’éviter les risques de prolifération qui peuvent subvenir sur les légionelles, d’autres moyens de refroidissement sont également utilisés en industries : le refroidissement sec sans évaporation encore appelée aérorefroidissement ou drycooler. À ce niveau, on fait passer de l’eau à travers le circuit de refroidissement par un échangeur d’air ou d’eau. Grâce aux ventilateurs, de l’air frais est mis en circulation pour assurer ainsi le refroidissement de l’eau.

Par ailleurs, la température de l’eau obtenue en retour dans cette condition est élevée de quelques degrés de plus que la température de l’air ambiant. Cependant, il est important de souligner que l’efficacité de ce système dépend intimement de la température ambiante. Celle dernière doit être obligatoirement inférieure à la température de condensation de l’eau.

Le refroidissement hybride

C’est un système de refroidissement combinant à la fois les refroidissements humide et sec. Pour le bon fonctionnement des équipements, lors des périodes fraîches, le système va fonctionner comme étant un drycooler. En été, la température ambiante étant relativement plus élevée, le système passera donc en fonction “évaporatif” telle une tour humide.

L’utilisation combinée de ces deux systèmes permettra de faire des économies d’eau durant toute l’année et va aussi contribuer à la limitation des risques de bactéries. De plus, ce type de système de refroidissement permet d’obtenir un meilleur niveau de la température de retour de l’eau du circuit de refroidissement.

Le refroidissement adiabatique

Le principe du refroidissement adiabatique se repose sur l’utilisation d’échangeurs de chaleurs par diffusion dans l’atmosphère d’importantes calories sèches. Dès l’augmentation des conditions climatiques, l’échangeur utilise l’eau évaporée pour dissiper les calories tout en gardant une température d’eau inférieure à celle de l’air.

Le refroidissement adiabatique n’est que le résultat de l’action conjointe d’un aéroréfrigérant sec et celle d’une section dite de prérefroidissement. Cette dernière a pour fonction de réduire la température de l’air ambiant en évaporant l’eau d’un média mis en place à cet effet. Ce type de refroidissement garantit l’impossibilité de relargage dans l’air ambiant sous forme d’eau liquide. Ce système de refroidissement est prisé par plusieurs industries compte en raison de sa faible consommation en énergie électrique.

Le refroidissement par l’eau de nappe, de la mer, des rivières ou sources

Cette technique de refroidissement est très utilisée dans les grandes industries d’État. Elle a pour objectif d’exploiter une grande réserve d’eau de température quasi constante pour refroidir tout procédé. Au moyen d’un échangeur, l’énergie du circuit de refroidissement est en réalité transmise à l’eau utilisée pour le pompage.

Les échangeurs à plaques alliant performance, fiabilité et facilité de maintenance sont les plus adaptés à cette application. Par ailleurs, pour un tel système, la régulation de la température à l’intérieur du circuit se fera en faisant varier le débit de l’eau pompée.

Les logiciels utilisés dans les bureaux d’études

Les métiers de la métallurgie