in

Comment faire un diagnostic de performance énergétique

Les causes majeures de la crise climatique sont nombreuses. Parmi elles, on retrouve la déperdition énergétique de certaines constructions du XXe siècle ainsi que la surconsommation d’énergies non renouvelables qu’entraîne cette dernière. Suite à la prise de conscience des pouvoirs publics, le recensement des déperditions et émissions de gaz à effet de serre qui proviennent des logements a été légiféré. C’est ainsi que la réalisation du diagnostic de performance énergétique (DPE) est devenue obligatoire. Comment s’y prendre ?

Les étiquettes environnementales du DPE

À ce niveau, deux critères sont évalués avec le DPE. Il s’agit en premier lieu du critère énergétique et en second lieu du critère climat. L’évaluation du premier permet de connaître la consommation réelle d’énergie primaire. Les éléments à évaluer sont l’isolation, la production d’eau chaude ou toutes autres sources d’énergies domestiques.

Quant à l’évaluation du critère climat, elle permet de connaître la quantité de gaz à effet de serre que votre logement émet. Une note est attribuée au résultat après évaluation. Cette dernière évolue de A à G et doit figurer sur les publicités de mises en vente réalisées par l’agence en charge de la location, par les offices notariaux ou sur internet.

Le calcul du diagnostic de performance énergétique

La méthode de calcul varie en fonction de la nature du logement (maison individuelle ou immeuble collectif à usage d’habitation). Comme méthode de calcul, on a l’évaluation conventionnelle (DPE 3CL) et l’évaluation réelle (DPE sur facture).

L’évaluation conventionnelle

Dans ce cas, il est utilisé un logiciel permettant d’évaluer la consommation d’énergie ainsi que les quantités de gaz rejetés dans l’atmosphère. Les éléments évalués sont les principales données techniques du bâtiment. Ces dernières sont relatives à son isolation, ses systèmes de chauffage et de refroidissement, sa production d’eau sanitaire et son système de ventilation. Ce logiciel détermine également les coûts annuels d’énergie consommée.

L’évaluation réelle

Toujours à l’aide d’un logiciel spécifique, le DPE calcule la moyenne de la consommation d’énergie et celle de la quantité de gaz rejeté par le logement. Bien évidemment, il pourra déterminer les coûts annuels d’énergie en se basant sur les factures d’énergies des 3 années précédentes.

Le rapport du Diagnostic de Performance Énergétique et sa durée de validité

Un rapport est effectué en plus de l’attribution d’une note au DPE. Ce dernier récapitule les méthodes de calcul utilisées pour l’obtention du résultat. Il est présenté sous la forme des deux étiquettes énumérées plus haut, à savoir l’étiquette énergie et l’étiquette climat. Une copie est faite et est directement adressée à l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME).

Sachez que la durée de validité de ce diagnostic est de 10 ans. Ceci étant, un nouveau DPE est nécessaire en cas de réalisation des travaux de nature à améliorer l’échelle énergétique de votre logement. Aussi, si le diagnostic est fait au nom de l’ancien propriétaire du logement, l’idéal est d’en faire un nouveau. En effet, il n’y a que le commanditaire du DPE qui est pris en compte par la couverture légale des assurances.

Les atouts du DPE pour le propriétaire

Outre son caractère obligatoire ainsi que sa nécessité environnementale, le DPE est bénéfique pour le propriétaire lors de la vente de son logement. En effet, après attribution de la note au Diagnostic de Performance Énergétique, il est rédigé un rapport. Avec ce dernier, on a un certain nombre de recommandations de travaux qui participent à l’amélioration de la performance énergétique dudit logement.

Ce sont des efforts de transitions qui sont encouragés par l’État avec la mise à disposition d’aides et de crédits d’impôt. L’idéal pour le propriétaire est de réaliser les autres types de diagnostics obligatoires au même moment que le Diagnostic de Performance Énergétique. L’avantage est que cela permet de réduire les coûts de déplacements.

Diagnostics immobiliers obligatoires